Accueil •  
Notre région •  
Notre domaine •  
Nos vins •  
Appellations •  
Millésimes •  
Une onctuosité rare pour des vins exceptionnels
L'évolution de la vigne et les conditions climatiques
Dès le départ de la période végétative, en mars, les températures sont déjà supérieures aux normales saisonnières. Néanmoins, pendant la première décade d'avril, le thermomètre chute et passe en-dessous de zéro. La matinée du mardi 8 avril 2003 est exceptionnellement froide, et l'impact du gel sur les bourgeons est d'autant plus important qu'il intervient tard dans la saison. Les parcelles situées en bas de coteaux ou dans des zones sensibles aux gelées sont les plus touchées et enregistrent des pertes de 50% à 75%. Après ce malheureux intermède, les températures repartent à la hausse et battent régulièrement des records. En août, la chaleur est à son paroxysme et la canicule s'installe avec ses nuits chaudes. La véraison s'emballe alors, et certains commencent même à vendanger le 15 août. Ces vendanges sont les plus précoces depuis la fin du 19ème siècle.
Les qualités du millésime pour les Vins Blancs
Durement ressenti en avril, le gel s'avère être, avec le recul, un facteur clé dans la réussite qualitative de ce millésime. Sans lui, la vigne n'aurait sans doute pas pu supporter une récolte abondante sous le poids implacable de cette chaleur et de cette sécheresse. Ainsi, bien que placée en situation de stress hydrique et brûlée par le soleil, elle a réussi à puiser dans ses ressources et à mener à bien la maturation de ses quelques grappes épargnées par les gelées. Dans l'après-midi du 28 août, le coup d'envoi des vendanges est donné dans les Bâtard-Montrachet. En fin de journée, un orage arrive et rafraîchit l'atmosphère. Les températures retournent à la normalité. Extrêmement concentrés, les vins blancs font preuve d'une telle densité en bouche que les papilles en sont comme égarées. Non pas écrasées par une quelconque lourdeur, mais subjuguées par cette matière si riche et si intense mais aussi tellement fraîche et vive. De grands vins blancs secs donc, si étonnament gras et raffinés qu'ils en sont atypiques. Précieux et rares, ils méritent d'être conservés plusieurs années en cave.
Les qualités du millésime pour les Vins Rouges
De même qu'en blanc, la même profondeur, densité, richesse en fruits mûrs ou confits se retrouve ici pour qualifier les vins rouges de ce millésime. Ce sont des vins pulpeux et charnus, aux tanins ronds, très aromatiques. Ils sont également destinés à un bel avenir.